La Sexualité au Vietnam

A l’heure où les personnes non-hétérosexuelles semblent s’émanciper et enfin commencer à être reconnues et acceptées dans les sociétés occidentales, quid de la situation des membres de la communauté LGBTQA+ dans la société vietnamienne? Dans cet article, je évoquerai aussi les hétérosexuels et la prostitution, souhaitant ici parler de la sexualité dans le sens large.

1/ La place des non hétérosexuels au Vietnam

Si le Vietnam fait partie des rares pays d’Asie qui n’ont jamais pénalisé la non-hétérosexualité juridiquement, ni même reconnue officiellement en tant que maladie mentale, cela ne signifie pas pour autant qu’elle est acceptée par la société vietnamienne. En effet, la place des LGBTQA+ en son sein est encore très limitée et fait encore face à de nombreux problèmes de discrimination, notamment à l’emploi. Cette situation peut être très facilement explicable par le facteur culturel, car ici la valeur familiale prime avant toute chose! Ce manque de reconnaissance et d’acceptation est aussi dû selon moi à un gros problème de connaissance du sujet, et de volonté d’en apprendre plus sur le sujet. C’est du moins ce qui en est ressorti des discussions que j’ai pu avoir sur le sujet avec les locaux, quand il y avait discussion d’ailleurs.

Car une autre raison possible à ce manque d’information vient aussi d’un autre élément culturel du Vietnam : ici, on ne parle pas ou peu de sexualité. Les gens sont peu à l’aise quand il s’agit de parler de ce sujet, comme s’il régnait autour de la sexualité un certain tabou. Et cette gêne ne concerne pas uniquement la non hétérosexualité! Plus grave encore, de mon point de vue de française, les couples parlent très peu de sexualité entre eux! D’expérience personnelle, je sais qu’ils peuvent plaisanter sur le sujet de temps en temps, mais rarement avoir une discussion sérieuse à ce propos. Ce qui fait que beaucoup de femmes, par exemple, sont assez insatisfaites dans leur couple. Je pense aussi que cela provient de cette pudeur que peuvent (doivent?) faire preuve les couples vietnamiens dans les lieux publics. Qu’on se l’entende, je suis loin d’être contre le fait qu’il est culturellement mal vu de se bécoter et plus si affinité au milieu de la rue ou dans les transports en commun, mais je pense qu’il y a une limite! Ici il est de bienséance de proscrire les démonstrations d’affection en public, et rarement vous verrez un couple se tenir la main ou le bras, ou même s’embrasser sur la joue par exemple.

Autre fait que j’estime plus ou moins marquant à propos de la place des LGBTQA+ est que les couples non-hétérosexuels non-vietnamiens sont très bien reçus et perçus par les Vietnamiens, car d’une part, un étranger est plus perçu comme un touriste que comme une personne à part entière, et d’autre part car ils ne sont pas vietnamiens. C’est quelque chose qui est ressorti pas mal de fois au cours des différentes discussions que j’ai pu avoir avec les locaux : l’homosexualité, ok, mais pas chez moi. Cette réflexion m’a alors rappelé ce que m’avait dit une amie musulmane avec qui j’en avais parlé tant les propos étaient similaires, et montre une nouvelle fois à quel point il va falloir être patient avant de voir la non-hétérosexualité des vietnamiens acceptée par la société vietnamienne, et à quel point cette situation est loin d’être unique au Vietnam! Cette mentalité fait qu’aujourd’hui, beaucoup de non-hétérosexuels se marient et ont des enfants par obligation, devant cacher au monde qui ils sont réellement pour satisfaire les attentes de leur famille.

2/ La prostitution

Si le marché du sexe au Vietnam est officiellement condamné, il ne cesse cependant d’augmenter à mesure que le tourisme fleurit, et est toléré par les autorités tant qu’il reste discret. La prostitution au Vietnam touche beaucoup moins les hommes que les femmes, qui proposent des services sexuels devant certains bars ou dans certains salons de massage ou karaoké. Les prostitués racolent aussi sur internet ou par applications mobiles.

Si certains se tournent vers la prostitution pour sortir de la misère, beaucoup vendent leur corps afin de pouvoir s’offrir ce qu’ils veulent, très souvent des produits de luxe. Une solution de facilité pour des personnes rarement qualifiées qui leur permet de gagner beaucoup en peu de temps. Parfois même, les femmes sont plus ou moins forcées à la prostitution par leur famille qui souhaite pouvoir amortir leurs coûts et rembourser leurs impayés et autres crédits.

Si le marché du sexe a le vent en poupe, il est loin d’être nouveau sur le pays. En effet, la prostitution est arrivée plus ou moins en même temps que le colonialisme français. La raison principale de son apparition au Vietnam est dû à l’urbanisation mise en place sous le gouvernement français. A travers l’accroissement des villes et la présence des hommes français sur le sol vietnamien, la prostitution se développe.

Dans tout les cas, à l’heure actuelle, la prostitution, bien qu’illégale, fait partie intégrante de l’économie vietnamienne et a su très bien pallier à l’interdiction juridique en se développant dans le monde souterrain des établissements de nuit, des bars, des cafés et des salons de spa.

3/ Le mouvement des Queens et la transsexualité

Un paragraphe court, certes, mais je pense qu’il est important d’en parler, même un peu.

Le Vietnam est un pays connu pour être particulièrement conservateur, ce qui ne va généralement pas de paire avec le mouvement des Queens, ces hommes qui se travestissent en femme. Cependant, en plein de cœur de la capitale, on retrouve une communauté de Queens florissante. Cette communauté, qui à l’origine se rassemblait autour d’un amour commun pour le TV Show américain célèbre “RuPaul’s Drag Race” (que vous pouvez facilement retrouver sur YouTube, d’ailleurs), organise à présent de véritable spectacles de chant et de danse, des performances qui permettent petit à petit aux Queens d’être reconnues et respectées pour ce qu’elles sont ainsi que de faire évoluer les mentalités sur les personnes transgenres.

Pour conclure, je dirai qu’hormis pour le problème de prostitution, tout ça est effectivement en train d’évoluer pour le mieux. Les jeunes générations à venir semblent de plus en plus informées sur la non-hétérosexualité et ouvertes sur le sujet de la sexualité, qui perd petit à petit de son image tabou, notamment grâce à internet et aux réseaux sociaux. De plus, depuis 2015, il n’est plus interdit pour un couple homosexuel de se marier, même si leur mariage n’est pas toujours pas reconnu aux yeux de la loi, et les personnes transsexuelles ont maintenant le droit de se faire opérer pour changer de sexe ainsi que d’enregistrer le genre par lequel ils se définissent auprès de la version vietnamienne de l’état civil.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s